Noir c'est noir

Caballero & JeanJass, Charlouze dans le sang

Partagez
Énergie à fond. Barres de vie remplies. La scène de l’Eden se transforme en écran de jeu vidéo. Toujours décontractés, bien qu’ardents bosseurs, Caballero et Jeanjass se sont pliés au jeu de l’Edenews ! D’exclus en souvenirs partagés, ils se livrent sur leurs parcours, leur nouvelle tournée, leur rapport à Charlouze.

L’annonce d’OSO / Hat Trick, le nouveau double album solo, a sonné comme le gong d’un combat de titans. Caballero VERSUS Jeanjass. Pourtant, aucune animosité entre les deux rappeurs, juste l’envie d’offrir un projet encore plus complet, la rencontre entre leurs univers respectifs alimentés par leurs années de carrière. Parce que c’est avant tout ça ce nouveau projet : l’occasion de faire découvrir des morceaux écrits depuis longtemps, jamais dévoilés jusqu’ici.

Caballero annonce : Niveau scénographie, après la tournée de Double Hélice 3 (ndlr : Une demi voiture sur la scène, avec DJ Eskondo), on a réfléchi à la suite. On voulait quelque chose qui nous fasse rire et dans lequel on retrouve nos références : les jeux vidéo, les consoles, Street Fighter.  On en a discuté à deux, avec Jeanjass, on a parlé du prochain album.

JeanJass enchaîne : Au fil des années, on a continué à accumuler de la matière, des morceaux. On voulait trouver le moyen de faire rentrer ces sons dans nos concerts. Mais quand tu viens avec un nouveau concept, les gens attendent quand même que tu joues les morceaux qu’ils adorent. C’est normal. Alors, on a eu l’idée de ce double album solo. Puis on a imaginé la scène. On avait une nouvelle formule. On voulait montrer qu’on savait faire des choses différentes.

D’ailleurs, la situation sanitaire leur a justement permis de prendre une pause après 3 ans de tournées ininterrompues. Caballero et JeanJass avouent quand même que tout cela leur manque. « On a une vraie addiction au public. Ça nous a clairement manqué. Et dès que tu retrouves tout ça, tu retombes dedans. Tu fais une rechute. »

On a une vraie addiction au public.

Très attachés à l’aspect humain de leurs collaborations, Caballero et JeanJass, ont côtoyé pas mal de beau monde. Et quand on leur demande avec qui ils voudraient bosser, Jeanjass rêve tout haut : « Imagine, Kendrick Lamar m’appelle et me dit “Je pose mon jet à BSCA à Gosselies, je viens faire un feat. avec toi“ le rêve. » Pour Caballero, ce serait de refaire une collab’ avec The Alchemist, dont il est fan absolu. Et pourquoi pas également avec Griselda ou encore Conway the Machine. Avec la proximité des réseaux sociaux, des internets, serait-ce si inaccessible ? Caballero et JeanJass sur la ZiziCaca Mixtape de Kronomusik (lui aussi carolo), et pourquoi pas ?

« Imagine, Kendrick Lamar m’appelle et me dit “Je pose mon jet à Gosselies“ »

En parlant de Charleroi, les deux artistes ont un lien fort avec le Pays Noir. JeanJass y a toute sa famille, évidemment mais c’est aussi une ville qui les a accompagnés depuis de nombreuses années dans leur carrière.

Caballero raconte son premier souvenir qu’il a avec le Pays Noir : « On ne se connaissait pas avec JeanJass et j’avais pris le train pour venir voir Disiz la Peste. C’était une drôle de soirée… »

Devinez qui faisait la première partie de ce concert en 2010, au Coliseum ? Exodarap, le groupe dont faisait partie… JeanJass !

« Mais la toute première fois que je venais vraiment à Charleroi, c’était pour enregistrer 160 rimes. Mais c’était un gofast couplet. Un aller-retour. J’avais à peine 18 piges. »

Charleroi, j’en avais entendu que des mauvaises choses à l’époque. Une ville sale, pauvre. Que des clichés ! Puis j’ai rencontré Jeanjass. Il m’a directement convaincu artistiquement. Il a la classe, il est nonchalant, il rappe bien, il écrit bien, il est loin d’avoir l’air bête. Il a changé mon rapport à la ville. Il m’a aussi appris à la connaitre. Puis finalement, on se retrouve à bosser avec Max Dour, Anthony Consi, Eskondo, que des big boss carolos ! Ma réussite, je la dois aussi beaucoup à des gens de Charleroi !  

Ma réussite, je la dois aussi beaucoup à des gens de Charleroi !

Jeanjass ajoute : « On est tous ensemble, il n’y a pas une ville qui doit gagner. On est tous curieux des endroits d’où on vient. Aujourd’hui, j’ai montré à l’équipe l’école Solvay où j’ai fait mes études. L’image de la Ville s’améliore et on est nombreux à avoir contribué à ça. Mais c’est sûr que c’est quand t’es loin de chez toi que ça te manque. Et t’as envie d’être plus carolo que les carolos qui habitent à Charleroi ! Alors quand je vais dans une ville et qu’on me dit que Charleroi doit être trop bien. C’est incroyable ! Aujourd’hui, je fais le tour du Monde, je balance des CHARLEROI à Tokyo alors que j’ai commencé à rapper dans une maison de jeunes à Couillet ! »

JeanJass est l’artiste qui est venu le plus souvent à l’Eden ! Depuis 2010, il foule les planches de ces salles, que ce soit dans la Brasserie, la Grande Salle, … avec Exodarap, Caballero, Le Motel ou même en solo ! Pour les deux artistes, le Centre culturel de Charleroi a été un fidèle compagnon de fête et de souvenirs.

On n’a que des bons souvenirs ici !

JJ : « Partager ces moments à l’Eden, ça a été également l’occasion de créer de belles rencontres : Lomepal, c’est devenu un de mes meilleurs amis. Je me souviens d’un moment où on avait pris une photo dans les loges ici, quand il était venu en concert à l’Eden. On était tous ensemble. » Et de poursuivre « Tu vois, un lieu comme l’Eden, y en a pas partout en Belgique. C’est rare et important. Imagine, ça fait plus de 10 ans que je viens ici. Depuis mes débuts sur scène à des soldouts de malade. Quand t’es avec tes amis, c’est là que tu profites à fond. »  

Et le reste du rap belge dans tout ça ? On sait que les deux ont accompagné de nombreux jeunes artistes, notamment les carolos de Mellowman’s Prod. Caballero clame être un fier supporter du rap belge et qu’il faut continuer à soutenir tous ces artistes pour que la fête continue ! Que les petits de maintenant deviennent encore plus gros. Mais pour ça, Caballero et JeanJass ont un message à tous les jeunes qui veulent se lancer : « Travaillez ! Soyez passionné.e.s ! Prenez des risques ! Soyez minutieux.euses et consciencieux.ses. »

Sous leurs airs de rappeurs gangsters (c’est faux), JeanJass et Caballero nous livrent leur plus belle fragilité et leur meilleur force. Une tendre maladresse pour l’un, une émotivité à peine assumée pour l’autre, et une détermination commune à leur duo.

Cette rencontre, dans l’ambiance feutrée des loges de l’Eden, s’achève dans une confession ou plutôt une double exclusivité à l’image de leur nouvel album. Caballero nous avoue alors que son titre Blanco a d’abord été enregistré avec JeanJass, puis PLK, avant de finir dans la version avec Luv Resval qu’on connait.
JeanJass, avec une certaine mélancolie, annonce que tous les membres d’Exodarap, son ancien groupe, ont participé à son album. Une manière de faire voyager Charleroi un peu plus loin… Parce qu’eux même le disent : Le meilleur vient de Charlouze.


Une chronologie de JeanJass à l’Eden :

  • 2011 / 2012 : Exodarap
  • 2013 : A notre tour
  • 2014-2015 : Goldman Tour
  • 2015 : JeanJass & Band
  • 2016 : Caballero & JeanJass / Roméo Elvis & Le Motel
  • 2017 : JeanJass Carolo de l’Année
  • 2018 : Caballero & JeanJass
  • 2021 : Caballero VS JeanJass