Et toi, quel est ton nom ?

Enjeux

Partagez

REGARDS SUR LE TERRITOIRE

Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine ©ANPU

Charleroi, ville de plus de 200.000 habitant·e·s, la plus grande de Wallonie, connait une profonde mutation… Et l’équipe du centre culturel en est pleinement consciente. En effet, pour pouvoir élaborer et mettre en œuvre un projet d’action culturelle qui réponde au mieux aux enjeux de son bassin de vie, l’Eden réalise en permanence ce que l’on appelle dans le jargon du secteur « une analyse partagée du territoire ». Comme expliqué sur le blog : « Sonder le territoire, écouter les forces vives (citoyen·ne·s, associations, structures culturelles, artistes avec lesquels on va pouvoir collaborer) comme les signaux faibles, repérer les besoins des publics-cibles, identifier les ressources mais aussi les obstacles et les manques… – ce processus est constamment appliqué par l’Eden pour construire sa programmation, évaluer ses actions, réfléchir à des partenariats, etc. ».

À diverses reprises, cette démarche d’analyse partagée du territoire s’est aussi traduite par des actions spécifiques. Comme le forum durant lequel citoyen·ne·s, partenaires associatifs et acteur·rice·s socio-culturel·le·s carolos étaient invité·e·s à débattre des enjeux que le centre culturel déploiera à l’horizon 2020-2025 sur les districts de Charleroi. Comme la psychanalyse du Pays Noir, menée plusieurs années avec l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine (ANPU). Comme la Charleroi Academy, cette université populaire qui a pris ses quartiers pendant trois ans à l’Eden avec pour ambition d’alimenter la construction du projet de ville.

Ces diverses actions, couplées à d’autres conférences et à l’observation des initiatives citoyennes, ont permis de confronter différents points de vue autour de l’écosystème carolo et ont notamment révélé la nécessité de proposer aux Carolos de grandes manifestations cathartiques. Pour changer la perception qu’en ont ceux qui ne la connaissent pas encore. Pour permettre à certains citoyen·ne·s aussi d’adopter un nouveau regard sur le territoire. Ces mêmes rendez-vous et initiatives ont également mis en évidence l’envie pour un grand nombre de Carolos de prendre part aux changements en cours, en influant sur les choix posés par les pouvoirs publics, ou en mettant concrètement la main à la pâte. Enfin, ils ont aussi, in fine, servi à dégager l’enjeu principal auquel l’Eden va s’atteler les années à venir… Faire ville ensemble !

Faire Ville ensemble, imaginaire collectif, Eden - Centre culturel de Charleroi

FAIRE VILLE ENSEMBLE

Faire ville ensemble

« Faire ville ensemble ». Dans cette expression, chaque mot compte. L’idée n’est pas seulement de travailler le vivre-ensemble et la mixité. Ici, l’élément central est bel et bien le mot « ville » : ce projet de ville global en cours d’éclosion. Une ville qui serait bien peu de chose sans ses habitant·e·s et forces vives, d’où l’importance du terme « ensemble ». Enfin, « faire » n’est pas anodin non plus. Faire, c’est avancer, évaluer, rectifier, tester, recommencer, dialoguer, échanger… Le verbe témoigne de la volonté du centre culturel de rendre la population carolo – dans toutes ses diversités ! – actrice de cette évolution, de la rassembler par l’action, mais aussi au moyen d’un ensemble de références parlant à tous et réunissant (au lieu de diviser).

Comme souligné dans la synthèse de la Charleroi Academy« Un projet de transition a besoin d’un soutien des secteurs actifs de la population. Il faut donc activer la ville et sa population. À l’aide d’un nouvel imaginaire qui passe de la dépression à l’ambition et qui entraine non seulement le secteur culturel et éducatif, mais aussi une société civile et une citoyenneté nouvelle ».

(RE)INVENTER UN IMAGINAIRE COLLECTIF

La géante Julia ©Eden

« Faire ville ensemble » implique donc de (ré)inventer un imaginaire collectif afin de co-construire avec les habitant·e·s un projet inclusif pour le Charleroi de demain. Une cité où tout le monde trouverait sa place. Et pour que cette démarche de création de références communes (au départ de personnages, d’histoires, de paysages, d’événements…) puisse à terme s’inscrire dans les habitudes et mémoires des citoyens, l’Eden cherchera à en fédérer le plus possible avec la complicité de ses partenaires et relais de proximité (maisons de jeunes, bibliothèques, académies, associations, espaces citoyens, écoles, etc.).

Afin de garder le cap, trois sous-enjeux baliseront la voie à emprunter : accompagner les cultures urbaines, redynamiser les patrimoines et expressions populaires et enfin, encourager les nouvelles utopies et transformations positives.

Accompagner, dynamiser, encourager ; trois verbes positifs qui mêlent le soutien et l’action ; trois formulations volontairement plurielles.

ACCOMPAGNER LES CULTURES URBAINES

Block Party ©Christophe Vandercam

Charleroi est une ville. À l’Eden, nous revendiquons ce caractère urbain. Le Hip-Hop est probablement la pratique culturelle la plus répandue chez les jeunes aujourd’hui. Le rap, la musique la plus écoutée au monde. Les premier·ère·s à s’être manifesté·e·s lorsque le centre culturel a ouvert ses portes à de nouveaux partenaires ont été les porteur·euse·s de projets urbains… : les responsables du club de Roller Derby, les Blackland Rockin’K-Rollers, désireux·euses d’organiser une soirée Roller Disco, par exemple ; les Hip-Hoppers Lovers de Temps Danses Urbaines (TDU) qui souhaitait monter un festival, le Hip-Hop A6000 ; ou encore le collectif Goslam City qui cherchait un lieu à Charleroi où organiser des scènes ouvertes régulières…

Le slam de poésie, une activité fédératrice ! Assez vite, les soirées slam mensuelles, animées avec Goslam City, ont touché d’autres publics, que celui des slameur·euse·s ou habitué·e·s de l’Eden. Elles ont notamment attiré plusieurs éducateur·rice·s et animateur·rice·s actif·ve·s dans les secteurs de la jeunesse et de l’aide à la jeunesse à Charleroi, les incitant à monter à leur tour des ateliers d’écriture pour leurs publics dans les quartiers. Ce plébiscite du slam a contribué à une révision de la formule de #Zéro>18, le Festival des droits des enfants et des jeunes, portant sur une amplification des ateliers d’écriture à destination des adolescent·e·s ou, plus récemment, à l’accueil à Charleroi du rallye international de slam, 36h00 Chrono. Sans parler de toutes les activités autour du rap et du slam – concerts (Caballero et Jeanjass, Lomepal, Digital Bastard Mellowman’s Prod, Key Largo,…), spectacles (Nés Poumon Noir de et avec Mochélan…), concours (A Cappella Belgium Battle Contest, End of the Weak, Mani’Fest…) – qui enrichissent régulièrement l’agenda du centre culturel.

L’Eden se veut le miroir de sa ville et du bouillonnement culturel qu’elle accueille. Puisque Charleroi compte un nombre croissant d’associations actives dans les cultures urbaines, il est logique que ces pratiques prennent une place croissante au sein de ses partenariats et de sa programmation. D’autant que ces initiatives reposent sur des valeurs positives : paix, amour, unité, amusement et dépassement de soi. Et que les cultures urbaines constituent un excellent moyen d’animer l’espace public. En témoigne le succès de la Block Party ! Dans le contexte d’une ville qui se réinvente, ce type d’événement prend tout son sens. C’est à la fois une manière de participer au renouvellement culturel de Charleroi et à la mise en lumière des énergies qui la composent.

REDYNAMISER LES PATRIMOINES ET EXPRESSIONS POPULAIRES

Fêtes de Wallonie
FIN DE L’ÉTÉ
(Septembre)

Grand Bal Blanc
AUTOMNE
(1er samedi de novembre)

Carnaval
FIN DE L’HIVER
(Mardi Gras)

Boucle Noire
PRINTEMPS
(dernier dimanche d’avril)

Fête de la Musique
SOLSTICE D’ÉTÉ
(21 juin)

À l’Eden, la saison culturelle est désormais rythmée par cinq temps forts, pour certains liés aux BIG FIVE instaurés par la Ville. C’est le cas à la fin de l’été des Fêtes de Wallonie, à la fin de l’hiver du Carnaval et au moment du solstice d’été de la Fête de la Musique. Les deux autres temps forts, en automne le Grand Bal Blanc – soirée extravablanche au crépuscule des jours sombres, mettant en lumière les réalisations upcyclées des ateliers d’arts textiles (menés avec le CPAS) – et au printemps la Boucle Noire – vagabondage collectif aux allures de vraie/fausse procession au cœur des paysages post-industriels du Pays Noir –, émanent d’initiatives ou d’envies citoyennes. Cette pentalogie folklorique et événementielle donne lieu à des rencontres régulières entre les partenaires des projets, les artistes mobilisé·e·s et les publics ; le centre culturel assumant, pour sa part, pleinement ses rôles de coordination et de catalyseur des forces en présence.

Le Carnaval, le projet inclusif par excellence, occupe une place particulière parmi ces temps forts. Non seulement parce que ce projet mobilise des dizaines d’artistes professionnels et amateurs. Mais aussi parce que chaque Carolo peut trouver une place au sein de la Grande Parade du Carnaval et durant sa préparation. Cette tradition met, en effet, en lien les citoyen·ne·s. Elle les rassemble autour d’histoires qui évoluent d’année en année : celle des Géants et de Julia, ou encore celle du Corbeau qui sera brûlé en fin de Mardi Gras, emportant avec lui tous les mots/maux des Carolos. Manifestation subversive à caractère cathartique, elle permet aussi à chacun d’aller de l’avant, sans oublier d’où il vient, tout en conjuguant résolument Charleroi au présent.

ENCOURAGER LES NOUVELLES UTOPIES ET TRANSFORMATIONS POSITIVES

Boucle Noire ©Pauline Beugnies

À l’instar du monde, notre ville évolue et de plus en plus d’initiatives, dans la lignée du film Demain, visent à rendre Charleroi plus juste, plus inclusif, plus en phase avec les considérations environnementales… En tant que centre culturel, l’Eden a à cœur de soutenir ce mouvement et de le nourrir à son échelle. Comment ? En renforçant l’exercice d’une citoyenneté responsable, active, critique et solidaire par des activités d’éducation permanente (conférences, débats, rencontres…). 

Histoire de canaliser les actions, celles-ci vont se déployer autour de trois thématiques majeures : changer les mentalités vis à vis du handicap, interroger la ville en mutation et penser la transition. L’occasion de mettre sur pied bon nombre d’activités favorisant les échanges et la participation de tous, telles que des ateliers autour de l’upcycling, des vide-dressing, des rencontres mettant en avant des projets alternatifs, comme le Carol’Or, la monnaie complémentaire de Charleroi, le supermarché participatif Coopéco, la Ceinture Alimentaire de Charleroi Métropole, les Mises en Cultures, la Charleroi Academy… Sans oublier, des foires aux idées afin de découvrir d’autres manières de penser et d’agir. Alors, à vos agendas !